Non classé

Citronnelle

Bonjour chers amis

Aujourd’hui je vous parle de la citronnelle. Cette plante fait partie de notre patrimoine et tous les Mauriciens la connaissent.

Noms communs : citronnelle des Indes, verveine des Indes, lemon grass

Nom scientifique : Cymbopogon citratus

Famille : Poacées

Minéraux et anti oxydant

Elle est riche en minéraux. La silice est un constituant essentiel pour maintenir toutes nos structures, celles des os et du cartilage.

Elle contient aussi d’autres minéraux : Pour 100 g de citronnelle sèche vous avez environ 60 mg de potassium, 40 mg de calcium, 70 mg de magnésium, du Zinc etc.

C’est donc une plante minéralisante importante.

En période de stress, c’est très nécessaire de nous reminéraliser,  car le stress nous pompe beaucoup de minéraux.

Cette plante est aussi un anti oxydant puissant.

Il y a plusieurs années, j’avais lu une étude indienne qui avait observé que la citronnelle provoquait le suicide des cellules cancéreuses, in-vitro.

Les différentes propriétés

  • La citronnelle a un effet diaphorétique, c’est à dire qu’elle permet à l’eau de sortir par la peau (la peau est un émonctoire, c’est à dire un organe qui permet l’évacuation des déchets). Elle est donc une aide en cas de fièvre. En effet, il est bon d’accompagner la fièvre, au lieu de lutter contre elle. Elle est nécessaire dans le travail des anti corps qui luttent en cas de virus ou d’infection.
  • On l’utilise traditionnellement comme antigrippale et anti bactérienne.
  • Consommée avec du gingembre, elle est excellente pour la grippe.
  • Elle est digestive, calme les crampes intestinales.
  • Elle est calmante : états de fatigue, insomnie, stress, anxiété.
  • Hypotensive
  • Douleurs articulaires et musculaires
  • Autres indications thérapeutiques démontrées : douleurs dentaires, problèmes cutanés tels que l’ acné et la cellulite, aide à la perte de poids (action diurétique).

De plus, elle est délicieuse en cuisine, dans un curry, une soupe.

Elle se consomme également froide et vous rafraichira délicieusement en été.

Voilà chers amis, j’espère que cet article vous a plu et vous a été utile.

A bientôt,

Nathalie

Fagots de purification

 

Aujourd’hui, je vous parle des fagots de purification, appelés Smudges en anglais. J’en avais déjà parlé au cours d’un précédent article, mais j’ai eu envie de continuer sur le sujet, car ils sont de plus en plus populaires et nous en avons vraiment besoin en ce moment !

A ce sujet, je remercie ma sœur, qui a été la première personne à m ‘en parler et c’est grâce à elle que je me suis lancée dans leur magnifique création.

Définition du fagot ou smudge

Les Smudge Sticks sont des fagots de plantes médicinales liées entre elles avec un fil, que l’on fait brûler pour bénéficier de leurs diverses vertus. Les peuples traditionnels ont tous eu recours à la fumigation, méthode de purification de l’atmosphère souvent mêlés à des aspects énergétiques et religieux.

De l’Himalaya en Amérique du Nord, en Orient, mais aussi en Europe ou encore en Russie, cette pratique est courante. Qu’il s’agisse de purifier des temples, des maisons ou des hôpitaux, de chasser la maladie ou les mauvais esprits, d’entrer en contact avec des défunts, des divinités ou d’atteindre soi-même un état modifié de conscience, la fumigation a été pendant des siècles une pratique quasi universelle.

Quelques  traditions

Quelque soit le pays et l’origine, le fagot se fait avec des produits naturels et des plantes.

La méthode chinoise : le bâtonnet, généralement une petite tige de bambou, est trempé successivement  dans l’eau, puis des poudres de plantes, et l’opération est renouvelée deux ou trois fois. Enfin, les bâtonnets sont pétris pour affiner leur forme et mis à sécher.

    

L’un des composants les plus utilisés dans l’élaboration des encens de tradition chinoise est la poudre du cyprès de Chine (Cupressus funebris). On peut aussi ajouter la gaulthérie odorante (Gaultheria fragrantissima), le troène (Ligustrum sempervirens), le pistachier (Pistacia weinmannifolia), le genévrier (Juniperus squamata) ou encore le cornouiller (Cornus oblonga). Mais au total, ce sont les parties de plus de 400 espèces végétales qui sont susceptibles d’être utilisées

Chez les Mayas et Incas:

Les Mayas se servaient du copal (résine semi-fossile provenant du courbaril, arbre tropical d’Amérique du Sud) pour honorer leurs divinités, de même que les Incas pour célébrer le dieu soleil.

Différentes études scientifiques ont confirmé l’aptitude du copal à créer une atmosphère paisible, propre à influencer le mental de manière positive et relaxante. Ce type d’encens active les canaux cérébraux qui soulagent l’anxiété et la dépression. Il s’est aussi révélé capable de réduire la tension artérielle, d’atténuer les maux de tête, de stimuler la concentration et la créativité et de favoriser le bien-être et le plaisir.

Chez les Egyptiens :

Ils faisaient brûler le kyphi en l’honneur de leur propre dieu solaire, Rê. Cette appellation d’encens recouvre diverses recettes comprenant entre dix et cinquante ingrédients, comme le miel, la cannelle, la myrrhe et le bois de santal.

Quels sont les bienfaits de la fumigation ?

Une étude indienne a fait des recherches sur ce sujet. Elle a observé qu’une heure de fumigation d’un mélange de bois et d’herbes médicinales et odoriférantes (appelé havan samagri, très courant en Inde pour de nombreux rituels de purification) entraînait une réduction de 94 % de la population bactérienne aérienne  pour une durée de plus de 24 heures !

Dans les pays développés, à l’intérieur autant qu’à l’extérieur, l ‘air ambiant peut véhiculer jusqu’à 1 800 types différents de micro-organismes, dont de nombreuses souches bactériennes pathogènes. On comprend mieux ainsi l ‘intérêt de la fumigation !

Je mets ici l’extrait d’un magazine scientifique :

«  La fumée des plantes capte de grandes quantités d’ions positifs. Ceux-ci servent prioritairement de véhicules aux microparticules pour qu’elles puissent se maintenir en suspension dans l’atmosphère. Lorsque les ions négatifs sont majoritaires, les poussières se déposent. Un air saturé d’ions positifs est délétère pour la santé, tandis qu’une atmosphère riche en ions négatifs (comme au bord de la mer ou à la montagne) est au contraire très bénéfique, notamment pour les voies respiratoires, le système immunitaire et l’équilibre psychique. Les peuples anciens n’avaient aucun moyen de contrôler scientifiquement l’effet de la fumigation en mesurant la teneur de l’atmosphère en ions ou en bactéries. »

Comment utiliser son fagot ?

Il est déconseillé de le faire bruler en entier ! Cela libèrerait trop de fumée.

  1. Cherchez un récipient pour poser votre bâton (traditionnellement, on utilise une coquille).
  2. Ouvrez toutes les portes et fenêtres de votre maison.
  3. Allumez le bâton, et quand il prend feu, soufflez dessus et laissez les braises commencer à fumer (comme si vous vouliez allumer de l’encens).
  4. Marchez dans la pièce, en agitant le bâton pour que sa fumée aille dans les coins, le long des murs, autour des fenêtres, et le long du plafond. Quand vous le faites, imaginez que la fumée absorbe la négativité, les problèmes de ceux qui étaient là avant vous, la toxicité, et tout ce que vous voulez voir partir. Regardez la fumée se dissiper et flotter au-dessus des fenêtres, et imaginez que la mauvaise énergie sorte de votre espace, laissant de la place pour une nouvelle énergie positive.
  5. Après avoir béni chaque pièce, « lavez-vous » avec le fagot. Couvrez vos mains de fumée et « lavez » votre visage avec lui, puis agitez-le sur tout votre corps comme si vous preniez une vraie douche. Visualisez toute la négativité résiduelle sortir de votre corps, de votre maison, et partir dans l’oubli.
  6. Éteignez le bâton dans un bol ou votre coquille

Quelles plantes utiliser en fumigation ?

Les plantes à brûler présentent à peu près toutes des qualités purificatrices sur les microparticules et les bactéries en suspension dans l’atmosphère, même si elles peuvent différer d’une espèce à l’autre. Leurs influences sur les plans de la santé, du mental et de l’énergétique diffèrent plus volontiers :

La sauge : de tradition amérindienne, mais aussi celtique, la combustion de sauge a été utilisée en Europe lors des grandes épidémies. Elle produit une fumée dense et « agglutinante » qui capte tout ce qui traîne dans l’atmosphère.

« Il existe différentes variétés de sauge et vous trouverez sur le web ou dans les livres beaucoup de références à la sauge blanche. Attention, la sauge blanche est une plante originaire de Californie et la plupart des bâtons de sauge vendus dans le commerce viennent souvent d’exploitations pillant les ressources naturelles. C’est un choix personnel mais je préfère utiliser des plantes locales. Si vous souhaitez vraiment acheter de la sauge blanche, assurez-vous qu’elle ait poussé de manière écologique.

La sauge blanche est une plante sacrée pour les Amérindiens depuis des centaines d’années, ils lui confèrent des pouvoirs très puissants permettant de préparer une place avant une pratique spirituelle.

Les autres variétés de sauge ont les mêmes propriétés mais l’odeur est différente, j’aime beaucoup la sauge officinale pour la purification de la maison. »

Le cèdre : sa fumée est purificatrice et prédispose au calme et à la sérénité. Il est censé attirer les énergies bénéfiques et favoriser l’harmonie et l’entente entre les personnes. On utilise principalement les copeaux de bois ou les épines du Red cedar (Thuja plicata).

Yerba Santa : cette plante (Eriodictyon californicum) pousse dans les collines arides de Californie et du nord du Mexique. Aussi utilisée en tisane dans la tradition amérindienne pour les affections du système respiratoire, Yerba Santa permet l’enracinement, renforce la confiance en soi et la croissance intérieure, tout en ouvrant à l’amour. Idéale pour les cœurs brisés.
Le romarin : il peut être brûlé de la même manière que la sauge, confectionné en petit fagot. D’ailleurs on peut très bien associer les deux. Le romarin évoque la notion de « nouveau départ », qu’il s’agisse de changer une habitude ou de commencer une nouvelle relation ou une nouvelle carrière. Plante sacrée pour les Egyptiens du temps des Pharaons, ils en mettaient dans les sarcophages pour protéger le défunt dans son dernier voyage. Le romarin est assainissant et tonique.

L’encens de benjoin : composé de résine naturelle et d’huile essentielle de benjoin roulé autour d’une tige de bambou, cet encens est purifiant et antiseptique, particulièrement bénéfique aux bronches. Il fixe très bien les odeurs. Symbole de prospérité, le benjoin est censé calmer le mental et favoriser l’évolution personnelle.

Le bois de cade : arbuste méditerranéen assez commun dans les garrigues du midi, son bois fut longtemps utilisé en fumigation pour éloigner les insectes et assainir les hospices, car la fumée de cade est un excellent bactéricide. Elle aide également à contrôler les addictions et l’anxiété.

La lavande

Elle a des propriétés apaisantes sur le système nerveux. J’aime bien l’utiliser avant une méditation pour apaiser le mental. Et son odeur est magique !

Le thym

Très bons antiseptiques naturels, ils sont parfait pour assainir l’air en période de rhume. Évitent les épidémies à la maison.

Et… Une infinité de plantes encore ! Et vous découvrirez bientôt de nouveaux fagots avec de nouvelles plantes !!

J’espère que cet article vous a plu.

A très bientôt

Nathalie

Moringa

Aujourd’hui, je vais vous parler du Moringa, notre « brede mouroum » national !!

Famille: Moringaceae
Genre: Moringa (C’est le seul genre de cette famille)
Espèce: Moringa oleifera (L’espèce la plus populaire)

C’est un arbre qui vient du continent indien, et qui s’est facilement acclimaté aux Tropiques. Il pousse très vite et n’est pas très grand.
Ses feuilles, ses fleurs, ses graines, ses racines sont utilisés en cuisine, en médecine, en cosmétique, en agriculture.
En cuisine, on utilise ses feuilles, pour faire des bredes, en bouillon ou étouffée, mais aussi ses fruits qui sont délicieux, mélangés à des grains, ou en cari.
En médecine, on utilise ses feuilles également, qui sont soit en tisane, ou réduites en poudre, en gélules et en comprimés.
On utilise aussi l’huile faite à partir des graines.

L’avantage pour nous, c’est que nous n’avons pas besoin d’importer cette plante . Car vous l’avez compris, je suis pour l’utilisation de nos plantes locales !

Constituants

Le moringa est très riche en valeurs nutritives, c’est la raison pour laquelle elle est intéressante. Elle contient du calcium, de la vitamine A, C, E, de nombreux minéraux (calcium, magnésium, potassium, fer…)
Elle contient également de nombreuses protéines, et convient parfaitement aux végétariens et aux personnes qui ont des carences alimentaires.
De plus, toutes les grandes familles de constituants des plantes se trouvent dans le moringa.

Anti oxydant et anti inflammatoire

Le moringa est riche en anti oxydants. Ce qui permet au corps de lutter contre les agressions externes. Surtout en cas de maladie chronique et de maladies dégénératives. Les anti-oxydants aident l’organisme à lutter contre l’inflammation. On consomme alors les feuilles, en infusion ou en poudre, saupoudrées sur de nourriture par exemple.
Il est réputé comme anti inflammatoire digestif et intestinal (en médecine traditionnelle) et cela est confirmé par la science.

Anti allergique, anti virale, anti parasitique, anti bactérien

Cette plante aurait en effet de nombreuses vertus ! Elle serait efficace en cas d’allergie pulmonaire, contre les bactéries qui se trouvent dans l’eau, en cas d’intoxication alimentaire, de diarrhées.

Sucre, cholestérol, tension, cancer

Le moringa aide à faire diminuer le cholestérol, et aussi le sucre du sang, donc est intéressant en cas de diabète. De plus il aide à faire baisser la tension.
Dans les laboratoires, on a remarqué qu’il empêche le développement des cellules cancéreuses, mais on ne sait pas trop si c’est efficace chez l’humain .

Usage externe

On obtient de bons résultats en application cutanée pour la peau, comme réparateur. De plus, il est un bon antibactérien pour se nettoyer les mains !

Précautions d’emploi

Cette plante peut être légèrement laxative, et il faut faire attention en cas de prise de médicaments (surtout diabète).

Autres utilisations

Les feuilles de moringa sont utilisées en Afrique comme filtre naturel pour l’eau. De plus, c’est une bonne plante qui peut être utilisée pour le bétail. Enfin, sa culture est facile et convient également dans les milieux arides

J’espère que cet article vous a plu et je vous dis à très bientôt!